8 heures de bus et quelques courbatures plus tard: Tokushima

Nous voilà donc sur l’île de Shikoku, dans la ville de Tokushima. Il est sept heures du matin, boutiques encore fermées et pas grand monde dans la rue. Après la nuit que nous venons de passer (c’est-à-dire pliées en quatre dans le bus) tout cela ne m’inspire rien de bon, je commence même à bougonner en me demandant ce qui nous a prit de quitter Tokyo pour “ça”.

Un café plus tard, je retrouve mes esprits et ouvre les yeux: nous longeons la rivière Sinmabashi, c’est beau, il fait beau et les gens sont accueillants, que demander de plus?!

Après avoir déposé nos sacs à l’hôtel, nous prenons le train pour Naruto, à 40 minutes de Tokushima, connue pour son tourbillon. Bon, nous nous perdons un peu (sacrées cartes alors) donc point de tourbillon à l’horizon mais nous ne serons pas venues pour rien car en cherchant notre chemin, nous tombons sur un temple (l’un des 88 qui constitue le pèlerinage de Shikoku).

De retour à Tokushima City, nous nous dirigeons vers l’Alliance Française. Lorsque nous préparions notre voyage, nous étions entrées en contact avec Tokiko Marunaka, l’une des employée de l’Alliance. Le hasard fait bien les choses car c’est la première personne que nous rencontrons dans le petit restaurant situé au pied des bureaux de l’Alliance. Toutes trois ravies, nous reparlons gaiement du projet et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, Tokiko contacte Madame Kamauchi, une professeur d’origami: rendez-vous est pris, nous débuterons donc notre apprentissage des pliages le 2 Mars. Sugoi!!

En route pour le dîner! Nous nous enfonçons un peu plus dans la ville et trouvons un quartier bien animé où les bistrots et les restaurants pullulent. Nous rentrons dans le premier qui nous fait de l’oeil. Sans Shoko, c’est un peu plus compliqué de lire le menu, nous nous fions donc au cuisinier à qui nous tentons d’expliquer par des mots et des mimes ce que nous souhaitons manger… Fort heureusement, nous avons détruit toutes les preuves de ce pittoresque événement.

L’hôtel, ce n’est pas pratique pour travailler. Aujourd’hui nous avons donc loué un appartement derrière l’Université. Qu’il est doux d’avoir un chez soi; cutters et papiers seront bien gardés au sein de notre cocon!

Advertisements

About japaneatup

Delphine Huguet / designer culinaire / 30 ans Lucile Moreau / redac' chef / 26 ans Gastronomie, culture culinaire, food design, graphisme, design ...
This entry was posted in WORK IN PROGRESS and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s